Au Canada, seulement 9% du plastique est recyclé et plus de 3 millions de tonnes de déchets plastiques se retrouvent à l’enfouissement, dans l’environnement ou transformés en énergie.

Poussée par le désir de trouver des solutions innovantes, Synergie Économique Laurentides a débuté l’identification des plastiques orphelins sur tout le territoire des Laurentides en mars 2021 et publie aujourd’hui les faits saillants du rapport . Cet exercice aura permis de mieux connaître les différentes matières plastiques rejetées, leurs caractéristiques, les quantités générées et identifier l’écosystème de la chaîne de valeur de ces plastiques.

Le rapport sur les gisements de plastiques orphelins a ciblé 5 secteurs : récréotouristique, agricole, commercial, industriel et municipal. Il a permis d’estimer un détournement potentiel de 838 tonnes de plastiques de l’enfouissement pour la région des Laurentides.

 

Potentiel sectoriel

Les pellicules souples faites de PEBD (polyéthylène basse densité), mieux connu sous le plastique #4, constituent 84 % des plastiques agricoles éliminés chaque année, totalisant 635 tonnes dans les Laurentides. Les résultats du rapport démontrent qu’entre 85-100 tonnes de plastiques d’ensilage sont potentiellement recyclables en 2022 dans les MRC d’Antoine-Labelle, d’Argenteuil, de Deux-Montagnes et la Ville de Mirabel.

Depuis 2020, la Ville de Mirabel a mis en place, en collaboration avec Synergie Économique Laurentides, plusieurs projets visant à recycler les plastiques agricoles, permettant ainsi d’éviter l’enfouissement de 16,7 tonnes de pellicules plastiques de balles de foin et 10,96 tonnes de tubulures acéricoles.

« Nous sommes toujours en quête de solutions innovantes en vue d’atteindre les cibles fixées dans le cadre de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Cette expérience nous a démontré qu’il y a encore un vaste potentiel de collectes de plastiques dans divers secteurs qui nous permettront de réduire le nombre de tonnes de matière à enfouir, de créer des économies sur la gestion des matières résiduelles et ainsi répondre au besoin du développement durable. » explique Patrick Charbonneau, maire de la Ville de Mirabel.

 

Les grandes surfaces représentent un gros potentiel de valorisation de PEBD. Dans les grandes quincailleries, par exemple, c’est en moyenne 15 tonnes de pellicules plastiques servant à emballer les boîtes sur des palettes qui sont éliminées à chaque année. L’implantation d’une collecte spéciale permettrait de redonner une seconde vie à environ 225 tonnes de plastique #4.

Une autre initiative dans le secteur récréotouristique permettrait de détourner de l’enfouissement un minimum de 28 tonnes de plastiques thermorétractables servant à hiverniser les bateaux (PEBD).

 

Passer à l’action

Synergie Économique Laurentides proposera un service d’accompagnement auprès des entreprises pour favoriser le réemploi, le recyclage et la valorisation des plastiques orphelins auprès des ICI dans les Laurentides. Ce projet d’économie circulaire a pour objectif de trouver des solutions pour réduire l’enfouissement des matières plastiques qui ne peuvent pas être recyclées par la collecte municipale.

 

Contactez-nous ! 

 

Recommended Posts