Parmi tous les types de plastiques présents chez les organisations des Laurentides, les faits saillants du rapport du projet de Valorisation des plastiques orphelins indique que c’est le PEBD (polyéthylène basse densité), mieux connu sous le plastique #4, que l’on retrouve en plus grande quantité – particulièrement les pellicules souples. Faute de volume et de collectes spéciales, elles n’ont pas de débouchés et se retrouvent à l’enfouissement.

 

« La majorité des organisations souhaitent résolument mettre en place de meilleures pratiques pour détourner les plastiques de l’enfouissement » reconnaît Diane Croteau-Labouly, chargée de projet chez Synergie Économique Laurentides. Cette pratique écoresponsable leur permettrait non seulement de réduire leurs frais de collecte de déchets, en plus de répondre à la volonté grandissante des citoyens et employés de voir les entreprises adopter de meilleures pratiques pour protéger l’environnement.

« Les marchés du recyclage sont en pleine évolution. D’ailleurs, les recycleurs de la région sont prêts à effectuer des tests de recevabilité de nouvelles matières tout en explorant la rentabilité. » rajoute Diane Croteau-Labouly.

 

Rappelons que ce projet a été financé en grande partie par Connexion Laurentides dans le cadre de l’appel à projets Projets porteurs innovants, visant le développement des connaissances dans le but de soutenir et de mobiliser les entreprises d’un ou plusieurs secteurs d’activités.

« Connexion Laurentides est fière d’avoir contribué à ce rapport pour aider Synergie Économique Laurentides à mieux connaître le portrait des plastiques orphelins de la région des Laurentides afin de réfléchir à la mise en place de solutions novatrices et durables pour la valorisation de ces matières problématiques. Pour innover, il faut connaître le potentiel de notre idée, savoir d’où on part, et ce rapport est certainement la première étape de plusieurs projets porteurs pour notre région. » affirme Carmen-Gloria Sanchez, directrice Générale de Connexions Laurentides.

Passer à l’action

Une phase subséquente au projet visera le développement de débouchés pour donner une deuxième vie aux plastiques orphelins dans les Laurentides. Elle favorisera également l’émergence de synergies, en plus d’anticiper des retombées bénéfiques pour les organisations génératrices de matières plastiques, les acteurs de la filière de récupération des plastiques ainsi que les municipalités et MRC.

 

Contactez-nous ! 

 

Recommended Posts