Une démarche innovante 

C’est en 2018, dans les Laurentides, que démarre un projet-pilote de récupération des emballages plastiques.  Ceux dédiés à l’entreposage hivernal des bateaux (appelés Shrink Wrap) sont, entre autres, dans la ligne de mire.

«Le plastique à bateau n’est pas accepté dans la collecte sélective et est dirigé chaque année dans les sites d’enfouissements. Pourtant ce plastique possède un fort potentiel de recyclabilité» explique Élise Larose-Simard, agente de sensibilisation pour le projet Mission Recyclage Compostage sur le territoire de la MRC des Laurentides.

Synergie Économique Laurentides (SEL) voyant ce potentiel de récupération, a approché plus d’une douzaine d’entreprises locales spécialisées dans l’entreposage de bateaux récréatifs. Cette initiative, en collaboration avec la MRC des Laurentides et la Régie Intermunicipale des Déchets de la Rouge (RIDR), a permis la mise en place d’une logistique de collecte pour recycler cette matière résiduelle. SEL permet ainsi la création d’un maillage entre les commerçants et un recycleur, pour que le lien manquant se fasse. Ce sont plus de 5 tonnes de plastique qui ont été détournées des sites d’enfouissement pour les années 2018 et 2019 !

 

 

De précieuses collaborations

Pour relever à nouveau le défi en 2021, SEL a déployé à nouveau ses agents du projet Mission Recyclage Compostage et du projet Valorisation des plastiques orphelins à l’aide de l’économie circulaire. L’intérêt de recycler ce plastique est toujours présent chez les entreprises concernées. Malgré un achalandage élevé à la fin du printemps, leur collaboration est essentielle pour mener à bien cette initiative.

 

SEL collabore en continu avec plusieurs entreprises afin de promouvoir cette matière résiduelle chez différents preneurs de plastiques. La compréhension des attentes des acteurs permettra de bien consolider les démarches pour la mise en place de la collecte.

 

 

«Une entreprise qui vend ou entrepose des bateaux peut générer des centaines de ces plastiques chaque année. Notre rôle est de faciliter la mise en œuvre pour qu’il soit récupéré. Collecter les informations, sensibiliser les partenaires, comprendre les besoins et veiller au bon déroulement de la cueillette sont essentielles pour fermer la boucle», ajoute l’agente de sensibilisation.

Cette année, pas moins de 5 entreprises participent à la collecte du plastique recouvrant un total d’environ 500 bateaux. C’est donc un peu plus de 2 tonnes qui sera sauvé des dépotoirs pour 2021 dans la MRC des Laurentides. La collaboration et la confiance des entreprises et des partenaires sont la clef du succès d’un tel projet, comme le confirme la participation de Théo Marine (Val-David) et de Contant (Sainte-Agathe-des-Monts) présents depuis le tout début. L’organisme Bouffe Laurentienne vient prêter main forte cette année pour le transport jusqu’à Rivière-Rouge.

 

Des défis à surmonter

«Le territoire des Laurentides est vaste et le transport demeure un enjeu de taille pour tous nos projets de recyclage des matières orphelines exclues des collectes municipales. Il faut penser collectivement et briser les silos de la gestion des matières résiduelles en mutualisant entre autres les transports sur plusieurs territoires», mentionne Mélanie Cyr, directrice du projet de valorisation des plastiques orphelins.

Le conditionnement de la matière demande également quelques exigences. Notamment, en ce qui concerne la compression du plastique qui est essentielle pour faciliter la manutention. De plus, les plastiques doivent être relativement propres et exempts de toute autre matière (les cordes notamment). Ils doivent également être roulés et entreposés à l’abri des intempéries sur le site des entreprises, jusqu’au jour de la collecte.

«Pour rester compétitif au marché, les coûts pour les entreprises ne doivent pas excéder celui de l’enfouissement. Ils comprennent la collecte, le transport et la manutention de la matière jusqu’à ce que celle-ci soit en possession du recycleur. La MRC absorbe une partie de ces coûts, mais les commerçants doivent aussi contribuer», précise madame Larose-Simard. «Toutes les entreprises sont d’ailleurs heureuses de pouvoir agir en ce sens. La conscience collective est rendue là» ajoute l’agente.

 

Un partenariat pour naviguer longtemps

Synergie Économique Laurentides et ses partenaires retroussent fièrement leurs manches pour cette 3ème année. En jouant un rôle crucial dans la symbiose industrielle et dans la collaboration de différents acteurs du milieu, SEL réunit les municipalités, les MRC et les entreprises du territoire. Redéfinir les déchets comme une ressource et soutenir globalement la réduction des déchets : une vision commune nécessaire à la réalisation de tels projets pour une durabilité de nos ressources.

Articles récents